1936 – Fragile Front Populaire dans l’ombre des dictatures fascistes

Publié le 3 mai 2016

1936-GrèveEn avril 1936, la fragile coalition de Front Populaire se présente aux élections avec un programme presque vide. Si ce n’est la dissolution des ligues fascistes.

Ce sont les grèves populaires et spontanées de mai et juin 36, qui permettent aux travailleurs de conquérir la semaine de 40 heures, les congés payés, les conventions collectives… Pas les les leaders du Front Pop, qui suivront le peuple.

Ce que les travailleurs ont obtenu, ils l’ont conquis par eux-mêmes, dans une lutte qui a pris de court partis et syndicats, débordés par leurs bases.

Mais déjà méchants en temps « normal », les riches deviennent féroces quand ils ont peur. Comme on le verra très vite…

A écouter : Le choix de la défaite – Plutôt Hitler que le Front Populaire, ou la revanche du capital sur l’immense espoir des pauvres.

Lire

Loi Travail et Cie – Le triomphe du renard libre dans le poulailler libre

Publié le 24 avril 2016

Le renard libre dans le poulailler librePetite Histoire du capitalisme moderne avec l’économiste Bernard Teper, de ATTAC et du Réseau Education Populaire.

La métaphore du renard libre dans le poulailler libre reprend du poil de la bête.

Entre destruction des services publics, des retraites, du droit au travail, et bientôt de la Sécu, la Loi El Khomri n’est qu’une étape dans l’Histoire du combat capitaliste contre les peuples et contre les conquis sociaux…

Ainsi que le pisse-copie du MEDEF Denis Kessler osait l’écrire en 2007 :

« Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du CNR, le Conseil national de la Résistance ».

Merci à l’association des Amis du Monde Diplomatique.

Lire

Entre « paradis fiscaux ». Et destruction du Code du Travail.

Publié le 15 avril 2016

Drapeau Suisse etc...La Suisse est-elle un état voyou ?… Heu… Oui, et ça ne date pas d’hier.
Reprise des articles du Monde Diplomatique de 2012 :
Les géants des matières premières prospèrent au bord du Lac Léman : « Paradis » fiscal, la Suisse est aussi un centre de la spéculation mondiale.

Qui défendra les inspecteurs du travail ? – Les gouvernements qui se succèdent attaquent le Code du Travail. Et sabotent l’Inspection du Travail.

Lire

Des sous il y en a ! Aux impôts nous on sait ça !

Publié le 8 avril 2016

Fraude fiscale-Merde à la dette
La dette n’existe pas. La « dette » est un choix politique.

En ne payant pas ses impôts à la collectivité, une minorité de riches vole tout le monde. Et creuse la supposée « dette ».

– Rediffusion d’un Reportage de 2010 avec des inspecteurs des impôts en colère.

– « Dette » annuelle de la France : Se creuserait d’environ 100 milliards d’euros par an.

– Evasion fiscale annuelle en France : 60 à 80 milliards d’euros. Voire plus ?

– Cadeaux fiscaux, « niches fiscales », exonérations fiscales…  : Chaque année, des dizaines de milliards d’euros offerts au capital, sans contrepartie. Comme le « Pacte de Responsabilité » de 2015 : Hollande a donné 50 milliards d’euros aux patrons. Sans création d’emploi en retour.

Chaque année au moins 100 à 150 milliards d’euros ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat. Au moins une fois à 1,5 fois le montant de la « dette ».

Lire

Le revenu minimum pour tous n’est pas une utopie. Puisque la « dette » n’existe pas.

Publié le 2 avril 2016

Liberté-Déviation-Travail-Autour de l’article du Monde Diplomatique : Imaginer un revenu pour tous.

Il y a assez de richesses pour accorder un revenu à tout le monde. Que l’on travaille, ou pas.

Nombre d’utopies d’hier sont devenues des réalités. Comme la retraite ou la Sécurité Sociale…

Merci à Duval MC ! – (Première diffusion : mai 2013).

A écouter aussi : Des sous il y-en a, aux impôts nous on sait ça. Et la série La dette n’existe pas.

Fraude fiscale en France : Au moins 80 milliards d’euros par an ! (Chiffre donné par Monique Pinson-Charlot au 13h de France Inter). Pour une « dette » qui se creuserait de 100 milliards par an.

Sans parler des dizaines de milliards de cadeaux faits chaque année au capital pour des emplois non créés…

Au total plus de 100 milliards d’euros, (voire bien plus ) qui chaque année filent dans des « paradis fiscaux » et ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat.

La « dette » n’existe pas.

Lire