Sarko Skanking – L’Histoire secrète

Publié le 19 juillet 2016

Polémix et La Voix Off Pochette Sarko SkankingAvant de vous proposer des émissions « sérieuses » d’Histoire, ou de géo-politique… ce site a été créé en 2006 pour vous offrir les sketches rigolos de Polémix et La Voix Off, duo satirique à ambition politicomique démarré vers 2002, composé de mon pote Guillaume et de moi même, Jibédé, votre serviteur et producteur-animateur de l’émission La Voix Off, qui a elle débuté en 1993 sur Radio Béton, notamment autour de collages sonores et de détournements de discours politiques, mixés sur de l’électro…

Avec le temps, l’insolent binôme de Polémix et La Voix Off s’est progressivement lassé de détourner et brocarder les politiciens… mais il n’est pas dit que ça ne nous reprenne pas. (Bon, là, pour le moment, nous n’avons que très moyennement envie de rire de l’actualité, de la vacuité des politiques et surtout de la bêtise criminelle des médias-dominants-enfumeurs-collabos semeurs d’hystéries collectives…)


Faire de l’Histoire : Parce qu’on ne sait pas où l’on va, si l’on ne sait pas d’où l’on vient…

Avec la raillerie potache destinée à produire le rire – qui est la première étape pour ne plus avoir peur des puissants – il y avait aussi l’envie de donner la parole à des gens qui auraient des trucs intelligents à dire. Comme par exemple des profs d’Histoire-Géo honnêtes. Ou des journalistes du formidable journal Le Monde Diplomatique. Avec la conscience que lutter contre les droites et leurs extrêmes, passe par la moquerie, mais aussi par l’Histoire. C’est ainsi qu’en 2003, dans une manif anti-Raffarin, nous avons rencontré notre ami André le prof d’Histoire-Géo… devenu la superstar de l’émission.
Parce que la dérision, c’est très sérieux

Pour en revenir à la scandaleuse histoire de Polémix et La Voix Off, il y a deux sketches mythiques : Tous les tizenfants, pondu par mon comparse Guillaume, titre qui a fait couler pas mal d’encre.

Autre morceau important : ce Sarko Skanking devenu une sorte de tube internet de l’été 2005, que plein de gens s’envoyaient par mail. Or ce sketch porte une étrange histoire… et un mystère toujours pas résolu…

2003 : Les sketches de Polémix et La Voix Off étaient tellement drôles et géniaux – (il faut bien le dire en toute modestie) – que, naïvement, je ne doutais pas qu’ils aient leur place sur Radio Paris, heu.. sur France Inter, pardon. Persuadé que, – subjugués par notre talent -, des gens intelligents de cette radio ne manqueraient pas de nous embaucher, de 2003 à 2005, j’envoyais donc de nombreux disques CD remplis de nos sketches à blanc – (c’est à dire sans musique derrière) – à mon gourou Daniel Mermet, producteur de Là Bas si j’y suis. J’envoyais aussi des sketches – j’ai honte – à cette méprisante andouille de Pascale Clark, (dont à l’époque j’appréciais la plume et l’émission, tout le monde peut commettre des fautes de goût).

Au printemps 2005, je parvenais à passer des extraits – à blanc – du sketch qui ne s’appelait pas encore Sarko Skanking, dans les messages répondeurs de Là bas si j’y suis. Faux messages téléphoniques où je faisais semblant de dialoguer avec Sarko. Consécration ! Avec ce Sarko-sketch sans titre, j’ouvrais plusieurs jours de suite Là-Bas si j’y suis, l’émission de mon maître : la classe ! Mais pas grand chose de plus. (Si ce n’est qu’un jour, un pote a fait écouter du Polémix et La Voix Off à la grande Kriss, géniale animatrice, (notamment de Portraits sensibles), qui m’a engagé à France Inter pour une saison d’une émission… hélas archi-chiante. Kriss avait trouvé nos sketches très marrants pendant l’été, mais avait commencé à ne plus nous trouver drôles au fur et mesure que la rentrée approchait… La pauvre avait la trouille. Bref…)

Alors que j’avais infructueusement dragué France Intox, mon complice Guillaume avait eu lui bien plus de succès en démarchant les facéties de notre duo auprès d’Europe1… Notamment chez ce faux-cul de Laurent Ruquier qui nous trouvait géniaux… tant qu’on lui fournissait nos sketches gratuitement, mais qui ne nous a plus aimés du moment où je lui ai demandé qu’il nous paye un peu pour la diffusion de nos oeuvres dans son émission. Fini Europe1. Re-bref…

Polémix et La Voix Off détail Pochette Sarko SkankingRevenons-en à notre Sarko Skanking – sans musique – que je n’avais envoyé en CD qu’à Mermet et à Clark au cours de la saison 2004-2005. Soudain, en mai 2005, mon détournement de Sarkozy apparait sur le net – non plus à blanc – mais mixé par un inconnu sur cette musique instrumentale jamaïcaine. Et portant ce titre : Sarko Skanking !

Je tombe de la lune ! Mais qui est donc ce pillard membre de ce mystérieux Collectif Onsfoudkilao, qui a remixé mon sketch ? Comment diable ce pirate a-t-il chopé mon montage ? Je retrouve le mixeur – Greg, un mec très sympa – qui me dit – je crois – qu’il aurait eu le sketch par son père, militant dans une section du PS de je ne sais où, qui aurait eu le sketch je ne sais pas comment… Le mystère reste entier.

Encore plus abracadabrantesque, mais c’est hélas invérifiable : Je ne me souviens plus qui m’a dit que ce sketch moquant Sarko aurait aussi atterri… sur le bureau d’une de ses pires ennemies : Michèle Allo-Au-Bain-Marie, à l’époque Sinistre de la Défonce. J’aurais dû creuser cette invraisemblable histoire… mais il s’est passé tellement d’autres trucs incroyables autour de nos bêtises ! Comme en 2008, me semble-t-il, la fois où je vois le texte du Sarko Skanking cité dans un article au sujet de ces députés UMP partis en croisade contre « ces rappeurs qui n’aiment pas la France »… Entre NTM et « Brigitte femme de flic »... Je vous avoue que j’ai alors songé à consulter un avocat. Luz m’a gentiment donné le contact de celui de Charlie Hebdo : Maître Malka, qui s’est montré très sympa et très attentif à mes interrogations quant à la « légalité » de nos activité de foutage de gueule sonore, aux limites de la diffamation ? Je flippais un peu, au point de ne pas trop me soucier que Monsieur Malka puisse aussi être l’avocat des voyous de la multinationale Clearstream… Saint Denis Robert, priez pour nous…

Le fait est que le Sarko Skanking a été un gros gag du web de l’été 2005. Dommage pour nous : toute référence à Polémix et La Voix Off en avait été effacée au remixage. Grrrr…

SarkocopVoici donc le Sarko Skanking Riddim qui vous a peut-être fait marrer en 2005. J’étais le détourneur-détourné, ce qui est de bonne guerre. Agacé de m’être fait piller mon détournement par un inconnu, (qui avait mixé mon oeuvre avec une musique pillée à quelqu’un d’autre), j’ai donc produit une version drum’n’bass du Sarko Skanking. Le résultat est nul à chier. De plus, – par vague crainte de représailles en diffamation – j’ai enlevé les moments où je fais dire à Sarko qu’il se drogue. (Ce qui, bien entendu, est totalement absurde, tant il est évident que Talonnettes 1er n’a jamais touché ni à la cocaïne, ni aux amphétamines, et que ses tics et tocs n’étaient dûs qu’au stress inhérent aux charges de sinistre de l’intérieur-candidat…)
Héros à pas cher

A mon avis, il n’y a pas que la drôlerie des sketches de Polémix et La Voix Off qui nous ait fait « buzzer », particulièrement entre 2005 et 2007. Au delà des rigolades que peut procurer l’écoute de nos détournements, je crois que ce qui nous a fait un peu connaitre, c’est aussi la peur qu’inspirait alors le candidat-sinistre de l’intérieur. On l’a oublié aujourd’hui, mais il faut se souvenir de la terreur – légitime – que Sarkozy inspirait aux gens entre 2002 et 2007. Et à part Les Guignols, ou Groland, nous étions à l’époque parmi les rares à oser nous moquer de Nabot-Léon. Et ce faisant, nous sommes facilement passés pour des héros. Or, personne ne nous a jamais rien reproché. Du moins ouvertement. Pas même un mail anonyme.

Je crois que le buzz autour de Polémix et La Voix Off est retombé à partir du moment où Sarko élu, ne faisait plus peur à personne… Nous avons continué à peaufiner nos gags et techniques de montage. On a animé pendant deux ans une génialissime émission chez ces négriers nécrophages et sans talent de Radio Nova (qui exploitent grossièrement la subversive légende de Jean-François Bizot pour se faire du fric en diffusant des tonnes de pubs de merde pour caleçons et pots d’échappement en promo, ou autres campagnes de recrutement de l’armée…)

Mais au bout d’un moment, les coeurs de Polémix et La Voix Off n’étaient plus à la rigolade. Systématiquement railler chaque « petite phrase », systématiquement critiquer le bruit médiatique… tout en y contribuant, devenait écoeurant, épuisant et finalement sinistre…

C’est comme ça que je me suis dit que j’allais vous prendre la tête, au lieu de vous faire des petits sketches rigolos, je ne produis plus que de longues émissions pas drôles : Et le truc incroyable, c’est que vous êtes des milliers à les écouter ! Vous êtes depuis des années et chaque jour, 200, 300, 400, 500 auditeurs à venir sur www.polemixetlavoixoff.com. pour entendre d’autres analyses que ce que vous racontent les médias dominants. Sans parler des milliers d’entre vous qui écoutent cette émission sur leur radio associative locale !

Merci à vous pour votre confiance et pour votre fidélité !

Et qu’on se le dise, il n’est pas du tout impossible que Polémix et La Voix Off se remettent à détourner et moquer des politiques… qui nous le rendent bien. « Ce n’est qu’un combat, continuons le début », citation volée à ce traitre de Val, qui a dû la voler à quelqu’un d’autre, le fumier.
Jibédé. 

Lire

Jean Zay – Episode 2 – 1940 – Résistant contre le choix de l’étrange défaite

Publié le 24 juin 2016

Jean Zay soldat et diffamé dans Gringoire2 septembre 1939 : Alors que rien ne l’y obligeait – si ce n’est son sens moral – Jean Zay démissionne de son poste de ministre et demande à combattre. Ses chefs militaire voudront le faire décorer pour son courage.

Le régime fasciste de Vichy tentera pourtant de faire passer Jean Zay pour un déserteur. Simulacre de procès qui évoque celui de Dreyfus.

Or, tout comme De Gaulle, (également accusé de désertion), Jean Zay choisit de continuer la lutte contre les nazis, non pas depuis Londres, mais depuis l’Afrique du Nord, hélas contrôlée par les traitres de Vichy : Piège.

Mais qui a vraiment trahi et déserté ? Pas Jean Zay. Mais assurément une partie de l’état-major français, au service de l’oligarchie économique.

Après avoir clamé « Plutôt Hitler que le Front Populaire » en 1936, des dirigeants économiques de la France ont opté pour le choix de la défaite face aux nazis. Après une « drôle de guerre » consistant pour les Français à trahir et abandonner leur alliée La Pologne, et à attendre que les armées allemandes envahissent la France… en repassant par là où elles étaient déjà passées en 1914 ! « Etrange défaite » écrit Marc Bloch dès 1940 !

Ce n’est pas une erreur de stratégie, mais un choix : celui de la trahison et du fascisme, qui permettront au capital français d’en finir avec toute idée de Front Populaire… au moins pendant les quatre années de l’occupation.

Jusqu’au retour des conquis sociaux, à la Libération, avec le Programme du CNRLe Conseil National de la Résistance.

A voir et revoir absolument : Le documentaire « Le chagrin et la pitié » de Marcel Ophüls.

Lire

Manif du 14 juin 2016 – Qui est violent ? Les manifestants ? Ou le gouvernement ?

Publié le 20 juin 2016

1936-Manifestation à ParisNotre copain prof d’Histoire-Géo André rentre de la manifestation du 14 juin 2016 à Paris.

Il n’a pas vu la même manifestation que celle décrite par les médias…
Rappel de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Qu’est-ce que ce fameux 49.3 ? Retour sur les institutions de cette 5ème République monarchique accouchée par le coup d’état que commet De Gaulle en 1958. Pas étonnant qu’une constitution rédigée après un putsch, soit aujourd’hui toujours aussi peu démocratique…

Lire

1936 – 2016 : Conquis sociaux défendus par les socialistes d’hier. Détruits par les « socialistes » d’aujourd’hui.

Publié le 13 juin 2016

1936-GrèveAutour des articles du Monde Diplomatique de Juin 2016 :

– Quand l’Etat français sabote le train.

La casse de nos services publics n’est pas une fatalité. Elle découle d’une volonté politique.

– Pour en finir avec l’impunité fiscale.

La France est-elle un paradis fiscal ? Chaque année 60, 80 voire 120 milliards d’euros (?!?) disparaissent en fraude fiscale et ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat. Donc la dette n’existe pas. Volonté politique pour ne pas retrouver cet argent : nos services fiscaux sont eux aussi volontairement sabotés.

– 1936 : Aux origines ouvrières du Front Populaire.

En avril 1936, la fragile coalition de Front Populaire se présente devant les électeurs avec un programme presque vide. Ce sont les grèves de mai-juin – initiées par le peuple – qui poussent Léon Blum à servir d’intermédiaire avec le capital dans la négociation de conquis sociaux, dont des conventions collectives, ancêtres du Code du Travail attaqué par les « socialistes » d’aujourd’hui, qui rendent là un bien piteux hommages à leurs ancêtres socialistes d’il y a 80 ans.

Lire

1936 – 2016 – Comparaison n’est pas raison, mais…

Publié le 24 mai 2016

1936-Grève usine1936 – 2016 : Crises et grandes manoeuvres du capitalisme.

  • – Montée des extrêmes-droites.
  • – « Gauche de gouvernement » (de droite plus ou moins molle, ou dure)…
  • – Mouvements sociaux…

Les « socialistes » au pouvoir en 2016 célèbrent le Front Populaire de 1936… en détruisant des conquis sociaux.

Et les « journalistes » continuent à qualifier le PS de « parti de gauche ».
Conversation de retour de manif avec nos profs d’Histoire-Géo André et Daniel, en partant de l’article du Monde Diplomatique : En attendant la taxe Tobin.

Lire