Jean Zay – Episode 2 – 1940 – Résistant contre le choix de l’étrange défaite

Publié le 24 juin 2016

Jean Zay soldat et diffamé dans Gringoire2 septembre 1939 : Alors que rien ne l’y obligeait – si ce n’est son sens moral – Jean Zay démissionne de son poste de ministre et demande à combattre. Ses chefs militaire voudront le faire décorer pour son courage.

Le régime fasciste de Vichy tentera pourtant de faire passer Jean Zay pour un déserteur. Simulacre de procès qui évoque celui de Dreyfus.

Or, tout comme De Gaulle, (également accusé de désertion), Jean Zay choisit de continuer la lutte contre les nazis, non pas depuis Londres, mais depuis l’Afrique du Nord, hélas contrôlée par les traitres de Vichy : Piège.

Mais qui a vraiment trahi et déserté ? Pas Jean Zay. Mais assurément une partie de l’état-major français, au service de l’oligarchie économique.

Après avoir clamé « Plutôt Hitler que le Front Populaire » en 1936, des dirigeants économiques de la France ont opté pour le choix de la défaite face aux nazis. Après une « drôle de guerre » consistant pour les Français à trahir et abandonner leur alliée La Pologne, et à attendre que les armées allemandes envahissent la France… en repassant par là où elles étaient déjà passées en 1914 ! « Etrange défaite » écrit Marc Bloch dès 1940 !

Ce n’est pas une erreur de stratégie, mais un choix : celui de la trahison et du fascisme, qui permettront au capital français d’en finir avec toute idée de Front Populaire… au moins pendant les quatre années de l’occupation.

Jusqu’au retour des conquis sociaux, à la Libération, avec le Programme du CNRLe Conseil National de la Résistance.

A voir et revoir absolument : Le documentaire « Le chagrin et la pitié » de Marcel Ophüls.

Lire

Manif du 14 juin 2016 – Qui est violent ? Les manifestants ? Ou le gouvernement ?

Publié le 20 juin 2016

1936-Manifestation à ParisNotre copain prof d’Histoire-Géo André rentre de la manifestation du 14 juin 2016 à Paris.

Il n’a pas vu la même manifestation que celle décrite par les médias…
Rappel de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Qu’est-ce que ce fameux 49.3 ? Retour sur les institutions de cette 5ème République monarchique accouchée par le coup d’état que commet De Gaulle en 1958. Pas étonnant qu’une constitution rédigée après un putsch, soit aujourd’hui toujours aussi peu démocratique…

Lire

1936 – 2016 : Conquis sociaux défendus par les socialistes d’hier. Détruits par les « socialistes » d’aujourd’hui.

Publié le 13 juin 2016

1936-GrèveAutour des articles du Monde Diplomatique de Juin 2016 :

– Quand l’Etat français sabote le train.

La casse de nos services publics n’est pas une fatalité. Elle découle d’une volonté politique.

– Pour en finir avec l’impunité fiscale.

La France est-elle un paradis fiscal ? Chaque année 60, 80 voire 120 milliards d’euros (?!?) disparaissent en fraude fiscale et ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat. Donc la dette n’existe pas. Volonté politique pour ne pas retrouver cet argent : nos services fiscaux sont eux aussi volontairement sabotés.

– 1936 : Aux origines ouvrières du Front Populaire.

En avril 1936, la fragile coalition de Front Populaire se présente devant les électeurs avec un programme presque vide. Ce sont les grèves de mai-juin – initiées par le peuple – qui poussent Léon Blum à servir d’intermédiaire avec le capital dans la négociation de conquis sociaux, dont des conventions collectives, ancêtres du Code du Travail attaqué par les « socialistes » d’aujourd’hui, qui rendent là un bien piteux hommages à leurs ancêtres socialistes d’il y a 80 ans.

Lire

1936 – 2016 – Comparaison n’est pas raison, mais…

Publié le 24 mai 2016

1936-Grève usine1936 – 2016 : Crises et grandes manoeuvres du capitalisme.

  • – Montée des extrêmes-droites.
  • – « Gauche de gouvernement » (de droite plus ou moins molle, ou dure)…
  • – Mouvements sociaux…

Les « socialistes » au pouvoir en 2016 célèbrent le Front Populaire de 1936… en détruisant des conquis sociaux.

Et les « journalistes » continuent à qualifier le PS de « parti de gauche ».
Conversation de retour de manif avec nos profs d’Histoire-Géo André et Daniel, en partant de l’article du Monde Diplomatique : En attendant la taxe Tobin.

Lire

Jean Zay – Episode 1 – L’héritage d’un jeune et brillant antifasciste

Publié le 16 mai 2016

Jean Zay & enfants au théâtre-Ministre de terrainJeune et brillant Ministre de l’Education Nationale et des Beaux Arts du Front Populaire de 1936, Jean Zay invente, improvise et réalise en peu de temps une oeuvre de courage, d’humanisme et d’intelligence :

Ambition, par d’innombrables mesures, de démocratisation et d’ouverture de l’école : Scolarité jusqu’à 14 ans. Classes d’orientation. Sport à l’école…

Création du CNRS, de divers musées, des bibliobus, du Festival de Cannes et de mesures d’encouragement au cinéma… Et un projet d’ENA ouverte aux classes populaires.

Au delà des ces réalisations plus que jamais d’actualité, Jean Zay nous a aussi légué un héritage de courage politique contre les barbaries fascistes.

Une heure avec Hélène Mouchard-Zay, fille de cet homme extraordinaire.

Lire