Comment sortir du Putsch Européen ?

Publié le 17 mai 2014

Un véritable coup d’état a eu lieu au référendum de Mai 2005 !

Les Français ont voté non à cette Europe capitaliste… mais le traité est quand même passé.

Nous sommes désormais dirigés par des technocrates et des banquiers que nous n’avons pas élus.

Pour sortir de ce piège, faut-il une nouvelle constitution française, comme le propose l’association Pour une constituante ?

– Une heure avec Anne-Cécile Robert, Docteur en Droit Européen et journaliste au Monde Diplomatique.

Lire

20 réflexions au sujet de « Comment sortir du Putsch Européen ? »

  1. Ping : raimanet
  2. Ah les referendums… Et en 69 on avait pas dit non à la régionalisation ? Bah on l’a eu quand même. J’adore quand on nous « demande » notre avis.
    Merci Polemix et la voix off.

  3. Ah, ça fait du bien d’entendre un docteur en droit nous dire qu' »ils veulent nous ramener avant la Révolution ». Je ne suis donc pas fou de le penser, ni de penser que l’écharpe est aujourdh’ui un symbole, un signe secret de monorchie et qu’ils veulent nous nous soumettre. L’Etat tel qu’iil est aujourdh’ui est notre ennemi, il doit disparaître. Notre tâche, en faire prendre conscience le plus grand nombre et combattre.

  4. Excellent commentaire. Tout n’est cependant pas abouti dans le raisonnement. En quels termes la question de souveraineté se pose-t-elle dans l’immédiat? L’UPR, se propose de mettre en oeuvre un programme de sortie de l’UE en montrant qu’il est structurellement et institutionnellement impossible de la réformer. Un rapprochement serait utile ne fût-ce que pour sortir de l’occultation de la résistance des Français par l’oligarchie.

  5. Le fichier son me semble corrompu. Il s’arrête aux environ d’une vingtaine de minute…

  6. Comment sortir du putsch européen ? C’est pourtant simple : en sortant de l’UE. L’article 50 du traité permet à tout état membre de se retirer de l’union. Il suffit de consulter les analyses détaillées de l’UPR à ce sujet, qui montrent comment retrouver notre souveraineté par notre seule décision, sans avoir à « renégocier » ou « réformer » une construction dépendant des intérêts divergents de 28 états.

  7. bonjour il faut que cette dame adhère rapidement à L’UPR union populaire républicaine
    A tous les Français.

    Je les invite à s’informer d’un nouveau parti politique crée en 2007, voir sur Internet UPR Union Populaire Républicaine :

    « La grise dans laquelle la France s’enfonce depuis des années est désormais si grave que nous devons procéder à une rupture complète et décisive. Nous devons le faire de façon sereine et réfléchies, mais déterminée et courageuse. Cette rupture est totalement incompatible avec les oppositions de complaisance qui critique l’Europe mais refusent de regarder la réalité en face : la construction européenne n’est pas la solution, c’est le problème.

    Voulant redonner toute son actualité au programme du Conseil nationale de la résistance de 1944 .

    je propose aux Français de se rassembler, quelles que soient leurs convictions politiques ou religieuses et leurs origines ethniques ou sociales, afin de rendre à la France sa LIBERTE et sa DÉMOCRATIE. Cela impose en premier lieu de dénoncer juridiquement le traité de Lisbonne, par l’article 50 de ce même traité pour sortir de L’UE et de L’euro, de sortir de L’OTAN et de soustraire l’économie, les services publics et les médias à la mainmise des féodalités privées.

    J’assortis ces choix décisifs de toute une panoplie de réformes institutionnelles, économiques, monétaires, sociales, militaires, diplomatiques, culturelles et ethniques qui sont à des années- lumière des programmes de tous les autres candidats.

    Merci quand même pour votre analyse bonne journée

  8. Bonjour nous présentons a l upr dans 8 circoncrisptin des députés pour les européennes
    Découvrez nos candidats partout en France http://www.upr.fr/elections-europeennes-2014
    Puisque les européistes participent aux élections nationales pour détruire de l’intérieur la République française, l’UPR doit participer aux élections européennes pour détruire de l’intérieur la prétendue « construction européenne ». bonne journée

  9. Bonjour,
    j’écris pas souvent mais là pour le coups, je me permet de vous féliciter pour l’exellent travail d’information que vous fournissez (en général, et dans ce cas précis). Même si je ne suis pas toujours d’accord, c’est toujours intelligent. Pour ce qui est de Jean et dauphin, même si le ton un peut trop enthousiaste sonne un peut secte, je dois avouer que les analyses de leurs parti sont plutot convaincantes et le recours à l’article 50 urgent. Je pense que l’upr serait le seule parti pour lequel je pourrais voter. Ça oú le vote blanc.
    JW

  10. Bonjour,

    A propos du rapport employeur/employé, un économiste libéral, Jean-Baptiste Say (1767-1832) avait déjà constaté un certain déséquilibre.

    « Les salaires de l’ouvrier se règlent contradictoirement par une convention faite entre l’ouvrier et le chef d’industrie : le premier cherche à recevoir le plus, l’autre à donner le moins qu’il est possible, mais dans cette espèce de débat, il y a du côté du maître un avantage indépendant de ceux qu’il tient déjà de la nature de ses fonctions. Le maître et l’ouvrier ont bien également besoin l’un de l’autre, puisque l’un ne peut faire aucun profit sans le secours de l’autre, mais le besoin du maître est moins immédiat, moins pressant. Il en est peu qui ne puissent vivre plusieurs mois, plusieurs années même, sans faire travailler un seul ouvrier, tandis qu’il est peu d’ouvriers qui puissent, sans être réduits aux dernières extrémités, passer plusieurs semaines sans ouvrage. Il est bien difficile que cette différence de position n’influe pas sur le règlement des salaires »

    Tout est dit (avant même Marx), mais bien évidemment, ce n’estpas ça qu’on a retenu de Say…

  11. Bonjour,

    Magnifique interview. Je partage complètement la conclusion d’Anne-Cécile. J’ai 34 ans et venant du milieu squatt inter-culturels, je corrobore totalement vos observations sur la société émergente…. Il y tellement d’initiatives en germe, et dont l’oppression du système bloque cruellement l’élan. Au fil des années la transition se fait longue.

    Mais il ne faut pas lâcher, merci Anne-Cécile pour votre analyse.

  12. Très bien Anne Cécile. Une petite remarque cependant. A la 57 ème minute vous évoquez les hommes de pouvoir qui veulent nous ramener à modèle du très « ancien régime ». Vous les désignez par « Ils… ». Ce « ils » désigne à la fois nos rois et nos élus issus du peuple. Une fois au sommet de leur ambition, ils tirent l’échelle derrière eux. Quand on permet à des hommes de vivre de la politique c’est hélas inévitable. Donc, il est urgent de débattre sur le professionnalisme de nos politiques et sur le renouvellement des mandats à l’infini.

  13. Vivement la 6eme république avec des textes qui ne sont pas écrits par des nantis pour des nantis.

Leave a Reply