7 avril, Tours : Polémix et la Voix Off en concert devant le siège de l’UMP

Publié le 14 mars 2006

UMP3Pose

« Vendredi 7 avril à 17h00, Polémix et la Voix Off, 2 célèbres animateurs de Radio Béton (93.6 sur la bande FM) donnait un concert devant le siège de l’UMP à Tours.
Ce concert nommé « Danse avec la droite » était organisé dans le cadre du festival politicofestif « Débattons dans les rues« . Génial !!!
Tout s’est bien passé. Les voitures, les bus, les motos et les vélos se demandaient bien se qui se passait.
Les passants rigolaient ou faisaient la gueule. Nombreuses ont été les personnes à s’arrêter et à rester. 2 Cars de polices ont débarqués et plusieurs voitures se sont mis à klaxonner spontanément craignant sans doute la répression et voulant montrer leur solidarité. Mais la police n’a rien fait après un bref dialogue avec les organisateurs du festival.

Source : Alain sur Bellaciao :
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=25824

http://radiobeton.com http://polemixetlavoixoff.com http://debattonsdanslesrues.com

La Nouvelle République : 25 Novembre 2006.

Publié le 22 février 2006

Logo NRPolémix et La Voix Off : entreprise de dérision politique.

Les Tourangeaux Polémix et La Voix Off se font entendre en ce début de campagne présidentielle. Leur CD « La Prési-Dance » fait du bruit. Et les DJ n’ont pas dit leur dernier mot.

UMPPolemix et La Voix Off, vous connaissez ? Ceux qui écoutent Radio Béton sont affranchis. Ceux qui lisent la presse ont déjà lu ces noms là quelque-part. Les autres vont finir par en entendre parler avec la campagne présidentielle qui s’annonce.
Polémix et La Voix Off sont deux Tourangeaux, trentaine branchée et impertinente. Les DJ « bouffons » disent-ils, ont sorti en août un CD OVNI : « La Prési-Dance« . Sur cet album qui ne compte pas moins d’une soixantaine de morceaux, on trouve des inventions comme le « Chi-Rap« , la « Sarko-Zik« , ou encore le « Balla-Dub« . Des titres évocateurs. « Nous sommes une entreprise de dérision politique. On recycle les petites phrases qui font l’actu, on fait de la contestation joyeuse et thérapeutique« .
Attention, nos deux agitateurs se veulent des gens responsables : « Nous savons très bien qu’il y a une ligne jaune à ne pas dépasser : pas d’insultes par exemple. Nous avons conscience de vivre dans un système démocratique, mais on revendique le droit de se moquer« .

De Royal à Chirac, de Sarkozy à Le Pen. Et les hommes politiques, les premiers intéressés, comment vivent-ils le fait d’être ainsi parodiés ? « Pour le moment, on a pas eu tant de retours que ça. On a simplement donné nos CD en mains propres à François Bayrou et à Jack Lang« . Guillaume a mis l’ancien ministre socialiste de la Culture au parfum : « Vous faites partie de nos victimes vous savez« . Et Jack Lang de répondre : « C’est très bien, je me prends trop au sérieux de toute façon« .
Et les victimes privilégiées de ces parodieurs-fous, plutôt des hommes de droite ou des femmes de gauche ? « Le point de départ de Polémix et La Voix Off, c’est quand même les fameuses élections de 2002 où l’on a voté Chirac. Un traumatisme. Mais depuis, on est des DJ de droite sourient les deux comparses. Donc on a d’abord ciblé à droite. Si on avait simplement voulu se faire plaisir, on aurait fait un brûlot anti-Chirac et anti-Sarkozy. Cela aurait été chiant. Là, on a tout le monde : Royal, Hollande, Le Pen, Pasqua, Villepin… Et pourtant, il y en a des vraiment pas drôles là dedans !« .
« La Prési-Dance » a ses moments vraiment jubilatoires. D’ailleurs les médias ne s’y sont pas trompés et Polémix et La Voix Off ont le vent en poupe. « Depuis 3 semaines, on fait des sons pour le site de Libération (liberation.fr). Un éditomix par semaine jusqu’aux élections. Depuis, c’est l’effervescence sur le site Internet des trublions tourangeaux : « Avant on avait 150 visiteurs par jour, aujourd’hui c’est entre 1000 et 2000« .
Voilà, maintenant, c’est fait. Vous avez eu un aperçu de ce qu’étaient Polémix et La Voix Off. Surtout, n’oubliez pas : « C’est un trucage« .

Delphine Coutier.

Les Inrockuptibles : 10 novembre 2006.

Publié le 19 février 2006

Logo InrockNettement plus drôles quand ils s’en prennent à la droite qu’aux Inrocks (sur le ton Zola d’un vaudevillesque procès d’intention), ces deux Tourangeaux reviennent à leurs sampleurs, et c’est toute la rhétorique politicarde qui serre les fesses. Car désormais, on le sait ici, il ne faudra jamais plus à la tribune utiliser des mots aussi casse-gueule que « communiquer » que leurs machines débarrasseront vite, dans un gag aussi potache qu’irrésistible, de « commu« .

Comme chez les Anglais de Cassette Boy nettement avant eux, ce grand détournement consiste donc à faire dire absolument n’importe quoi aux politiciens, mais sans faire appel à des imitateurs : tous les mots (ou onomatopées, souvent) ont ainsi bel et bien été prononcés, mais jamais dans cet ordre (désordre, plutôt), tous jouissivement sortis de leur contexte (texte con ?), parfois syllabe par syllabe. Il suffit ensuite aux deux pirates de plaquer quelques instrumentaux dignes d’un Bontempi acheté en Albanie en 1975 pour, éventuellement, faire danser sur quelques slogans chocs (« Je dénonce, monsieur Hollande, la lâcheté qu’il y a dans votre chou-fleur« ) et glorieusement absurdes, où Sarkozy, « logiquement le plus samplé, car le plus présent sur les antennes » s’offre des ego-trips que l’on pensait réservés à son rent boy Gyneco.

Benjamin Montour.

Télérama.fr : 8 Novembre 2006.

Publié le 15 février 2006

Logo TéléramaChirac lançant un appel à la grève et au combat de rue, Villiers prônant la charia et la polygamie…
Traumatisés par le séisme électoral de 2002, deux animateurs de Radio Béton (93.6 Tours) ont détourné les discours langue de bois de nos élus avec ces hilarantes bombinettes électro-trash. Ou comment dénoncer le hold-up médiatique de la politique spectacle en redonant du sens aux mots.

Jérémy Couston.

Musiqualité.net : 9 Octobre 2006.

Publié le 14 février 2006

Logo Musiqualité« La Prési Dance » : Objet Musical Non Identifié (OMNI) de grande classe, la « Prési Dance » mêle drôle et politiquement presque correct.

Enfin une production qui sort élégamment du lot.

Alors que toutes les belles gueules voudraient aujourd’hui chanter l’amour et l’eau fraiche devant des minettes sans culotte, Polémix et la Voix Off ont trouvé bien meilleur. Leur principe est de mettre sur fond de musiques oscillant entre électro et dub, un mix de mots, des trucages ou de phrases dites par des personnalités politiques françaises. C’est novateur et très bien mené.

Dès le départ, on cherche quel camp ils ont souhaité titiller. Serait-ce la droite? Cela paraît trop simple. Devant la flagrance on hésite, peut-être ni l’un ni l’autre finalement. On ne cherchera pas plus loin. L’essentiel c’est que sur cet album, Polémix et La Voix Off ont surtout joué sur le comique de situation, et c’est tout à l’honneur du groupe. Car entrer dans un mode plus agressif envers la gauche ou la droite aurait probablement cassé toute l’originalité et le talent de l’opus. Maitrisé, le concept fait rire et ne choque pas. La qualité des montages bluffe si bien qu’on s’incline. Des phrases lâchées ici et là par des politiciens en tous genres (surtout de droite), tel que « Je préfère l’excès de caricature à l’excès de censure / La dérision, ce qui est grave c’est que c’est très sérieux » font vraiment rire. On salue le travail remarquable et fastidieux qu’a accompli là le groupe, et en plus on passe un bon moment. Bravo !

Simon Lamellière.