Pat – Pierre-Alban Thomas – Episode 8 – Algérie 56-57 – Gégène et corvée de bois.

Publié le 21 décembre 2016

L’armée française qui combat en Algérie n’est pas… uniforme.
– Il y a les appelés : Près de 1,5 million de jeunes Français forcés à faire la guerre. Environ 25 000 y mourront. 65 000 blessés. Parmi les appelés : des « Français Musulmans » quatre fois plus nombreux que les combattants de la guérilla algérienne du FLN.

– Il y a les militaires de carrière : Officiers dont certains sont républicains, mais dont beaucoup ne le sont pas : nostalgiques de Pétain, voire de la LVF

Fils du peuple qui a gagné ses galons par la Résistance, Pat est un intrus dans ce qui est encore une armée de caste où les postes de commandement sont souvent occupés par des nobles ou des bourgeois.

– Il y a les troupes de choc : Légion. Paras

– Il y a les Harkis, « volontaires », à qui on a parfois forcé la main.
Tous ces corps commettront des crimes de guerre… implicitement autorisés par le Gouvernement français, « socialiste » au pouvoir jusqu’en 58.

Ecoutez tous les épisodes de la série Pat ici.

Lire

3 réflexions au sujet de « Pat – Pierre-Alban Thomas – Episode 8 – Algérie 56-57 – Gégène et corvée de bois. »

  1. Je suis peu étonné par la non-politisation des troupes.
    On retrouve la même situation aujourd’hui, dans la police.
    A des troupes amorphes, suivistes sont attachés des chefs politisés à droite, et surtout à l’extrême-droite qui prêche des doctrines néo-coloniales.
    Ainsi le manifestant citoyen devient l’ennemi intérieur.
    Le politisé qui défend avec acharnement une cause, l’homme à abattre.
    Et les troupes sont formées pour, par des experts en armements et en arts martiaux, souvent des champions qui trouvent là une « pige » facile et rémunératrice.
    Encore une fois, la canaille politique hier de droite, aujourd’hui socialiste, couvre et amplifie cette dérive autoritaire et fascisante.
    Comme elle le fit en Algérie…

  2. Salut Sam !

    En fait, si : les troupes sont « politisées » :

    – La plupart des bidasses d’Algérie ou d’Indochine trouvent normal d’écraser l’indigène,
    puisqu’on leur a toujours dit que ces derniers sont inférieurs :
    le colonialisme, même « naturel », est une position politique.
    Normal : l’école a longtemps enseigné la supériorité du blanc.

    – Mais la majorité de ces même bidasses ne suivront pas les généraux putschistes d’avril 1961, comme nous le verrons par la suite de la série.
    Ce qui est aussi une position politique.

    Quant aux cadres de cette armée des années 50 : Pat est très clair :
    la moitié sont parfaitement politisés… anti-républicains.

    – Jib –

Leave a Reply