1948-2018 – Palestine-Israël – Et David devint Goliath…

Publié le 18 juin 2018

 

Avec Olivier Pironet, journaliste du Monde Diplomatique et responsable d’édition de Manière de Voir.

1948 : Création de l’Etat d’Israël. Cette colonisation de la Palestine par des Juifs a été accélérée par le choc de la découverte des crimes nazis.

2018 : Commémoration des 70 ans d’Israël. Dans nos médias dominants, il n’a guère été question du long calvaire des Palestiniens, colonisés, chassés de leurs terres et opprimés… notamment au nom de fables religieuses sans fondement…

A voir et à écouter : Rap News : The Juice Media.com

Lire

Compiègne-Royallieu – Episode 1/2 – 1941-1944 – Un camp nazi en France

Publié le 4 juin 2018

Royallieu-2015Rediffusion de reportage réalisé en 2015, à l’occasion de la disparition fin mai 2018, de Fernand Devaux, résistant-déporté, qui, – dans le second épisode -, raconte les circonstances de son incarcération à Royallieu, avant Auschwitz

De 1941 à 1944, 50 000 personnes sont emprisonnées au camp de transit et d’internement de CompiègneRoyallieu, antichambre française des camps de concentration nazis.

Parmi ces prisonniers : des juifs, mais surtout des communistes, syndicalistes, résistants de tous bords, réfractaires au STO, soldats évadés, droits communs…

Histoire tombée dans 60 années d’oubli, jusqu’à création en 2008 du Mémorial du camp de Royallieu qui célèbre ses dix années d’activité. Visite avec Anne et Raymond

– Merci aux copains de Radio Graf’Hit – 94.9 à Compiègne !

Lire

Compiègne-Royallieu – Episode 2/2 – 1940-45 – Des camps français… aux camps nazis… Une Histoire de Fernand Devaux, dit « Nounours »

Publié le 3 juin 2018

Fernand Devaux-1940-2015Fernand Devaux est mort le 30 mai 2018. Nous l’avons rencontré en 2015.

Comment ce jeune Français – non juif –  se retrouve-t-il à Auschwitz ?

Années 30 : L’Europe est couverte de dictatures.

France et Angleterre favorisent volontairement la montée en puissance des régimes fascistes : Italie, Espagne… Et l’Allemagne nazie qu’on laisse se réarmer et manger ses voisins… « Plutôt Hitler que le Front Populaire ! » est le cri de guerre de certains riches, terrorisés par les conquêtes sociales de 1936. Un an avant le Pacte Germano-soviétique de 1939, France et Angleterre signent avec Hitler un accord de non-agression : Les Accords de Munich de 1938, qui scellent l’abandon de la Tchécoslovaquie aux nazis. France et Angleterre abandonnent également la République Espagnole et la Pologne. On connait la suite…

Dès 1938, la France se couvre de dizaines de camps où les autorités parquent des civils : Allemands anti-nazis. Et 450 000 Républicains Espagnols qui fuient Franco…

A la « Drôle de guerre » succède une bien étrange défaite… Pour Fernand, jeune ouvrier syndicaliste, la Résistance commence dès 1938, avant même que la première botte nazie ne foule le sol français. Fernand a 18 ans en 1940…

Arrêté et détenu par des Français dès 1940, Fernand est l’un des 50 000 prisonniers passés par le camp de Royallieu à Compiègne.

 

Lire

Burning Heads – Plus de 30 ans d’amour… avec du punk autour !

Publié le 28 mai 2018

1987 : Création des Burning Heads à Orléans, déjà terre de punk et autres musiques violentes… en réaction à cette morne ville très à droite, hantée par le culte d’une pucelle en armure ? On parle des chiens d’Orléans depuis le Moyen-Âge…

Adeptes du DIYLe Do It Yourself – les Burning sont les artisans sincères et intègres d’un punk-rock brutal… Ils ont parfois frayé avec l’électronique. Mais c’est quand ils jouent jamaïcain que les Burning sont les plus bouleversants : Leurs albums Opposite sont parmi les plus beaux disque de reggae qui soient : Paradoxal pour des petits punks blancs d’Orléans ? Non : Naturel.

Electriques. Eclectiques. Ces têtes brûlées et rasées ne font donc pas dans le cheveu long et la guitare en bois. Mais ne serait-ils pourtant pas des espèces de hippies survoltés qui hurlent à l’amour depuis plus de 30 ans ? A suivre…

Lire

Aucard de Tours – Festival qui – économiquement – n’existe pas

Publié le 22 mai 2018


Cactus-emblème de l’édition 2017…

D’un point de vue économique, sur le papier, Aucard de Tours n’existe pas.

Comment Radio Béton fait-elle pour organiser ce génial et convivial festival, avec plus de 30 groupes de qualité, pour seulement 30€ les cinq jours de fête ? Avec boisson et merguez à tarifs raisonnables ?

Il y a le travail d’environ 150 bénévoles… dont certains bossent gratuitement et toute l’année sur l’événement. Il y a 33 années d’expérience, de culture de la débrouille et du DIY : Le Do it Yourself… hérité des « racines punks » et « alternatives » de Radio Béton

Et puis Aucard a fait des choix : Rester « petit » : jauge maximum : 4500 personnes.

Choix aussi de ne pas payer plus de 10 000€ pour une « tête d’affiche »… Car sur environ 400 000€ de budget total du festival, l’artistique représente à peine 100 000€… pour rémunérer 30 groupes !

Ne pas raquer des fortunes pour programmer des artistes qui passent à la télé, être un festival de découvertes, c’est aussi ce qui permet à Aucard de garder une dimension humaine… Mais cet équilibre est plus que fragile…

Aucard de Tours 2018 : Du Mardi 5 au Samedi 9 Juin… à Tours.

Lire