Aucard de Tours – Festival qui – économiquement – n’existe pas

Publié le 22 mai 2018


Cactus-emblème de l’édition 2017…

D’un point de vue économique, sur le papier, Aucard de Tours n’existe pas.

Comment Radio Béton fait-elle pour organiser ce génial et convivial festival, avec plus de 30 groupes de qualité, pour seulement 30€ les cinq jours de fête ? Avec boisson et merguez à tarifs raisonnables ?

Il y a le travail d’environ 150 bénévoles… dont certains bossent gratuitement et toute l’année sur l’événement. Il y a 33 années d’expérience, de culture de la débrouille et du DIY : Le Do it Yourself… hérité des « racines punks » et « alternatives » de Radio Béton

Et puis Aucard a fait des choix : Rester « petit » : jauge maximum : 4500 personnes.

Choix aussi de ne pas payer plus de 10 000€ pour une « tête d’affiche »… Car sur environ 400 000€ de budget total du festival, l’artistique représente à peine 100 000€… pour rémunérer 30 groupes !

Ne pas raquer des fortunes pour programmer des artistes qui passent à la télé, être un festival de découvertes, c’est aussi ce qui permet à Aucard de garder une dimension humaine… Mais cet équilibre est plus que fragile…

Aucard de Tours 2018 : Du Mardi 5 au Samedi 9 Juin… à Tours.

Lire

Autour d’Aucard de Tours – Festival sauvé des eaux

Publié le 14 mai 2018

Juin 2016 : Crue du Cher : L’un des deux chapiteaux d’Aucard…
Photo : Sophie Mourrat.

Cette semaine, parlons d’autres chose que des ravages du capitalisme : Détente en musique autour du Festival Aucard de Tours, créé en 1986 par Radio Béton, (née la même année).

Depuis 33 ans qu’il existe, on pourrait le croire éternel. Mais le fragile événement a bien failli disparaitre en 2016, lors d’une crue du Cher…

D’un point de vue purement comptable, ce génial et convivial festival n’existe pas : Comment Radio Béton fait-elle pour proposer 30 groupes, sur 5 jours, pour seulement 30€ ? Avec une super qualité d’accueil, de confort, et sans assassiner le public sur les tarifs des consommations…

Et vous ne trouvez pas que les « musikzactuelles » (comme on dit), semblent aujourd’hui plus intéressantes qu’elles ne l’étaient il y a 20 ans ? Que la technique, l’inventivité, la culture des musiciens a sensiblement augmenté ? Même s’il ne s’est rien créé de neuf depuis les dernières vagues de musiques électroniques de la fin des années 90…

Conversation avec Enzo, l’un des coordinateurs d’Aucard…

Aucard de Tours 2018 : du Mardi 5 au Samedi 9 juin.

Lire

Macron : Président des riches en guerre contre le peuple

Publié le 4 mai 2018

Autour des articles du Monde Diplomatique :

L’intérêt général à la casse : les fonctionnaires voilà l’ennemi. Macron, Président des riches, veut détruire ce qui reste de nos conquêtes sociales. Les cheminots en grève sont le dernier rempart avant la casse de l’hôpital, de l’école, des retraites, de la Sécu… des services publics, et donc des fonctionnaires…

Des postiers aussi sont en lutte. Comme Gaël Quirante, licencié par La Poste pour exercice de droit syndical. Gaël s’explique dans l’émission.

A quoi sert Spinoza ? : Aujourd’hui très à la mode, Spinoza est accaparé de gauche et de droite, de Macron à Lordon…

Non violence et lutte des classes, le dernier combat de Martin Luter King. L’Histoire officielle cantonne Martin Luther King au combat antiraciste. En oubliant que le pasteur était aussi très rouge…

Lire

Les cheminots font grève pour défendre le patrimoine de ceux qui n’en ont pas

Publié le 30 avril 2018

Privatisations : Sévices Publics

Conversation avec Dom : Cheminot et membre de SUD-Rail – (Solidaires).

Une grève SNCF est un cauchemar pour ceux qui vont au travail en train. Mais grève et manif sont les seuls moyens qu’ont les cheminots pour faire entendre leur alarme : Tout le monde est menacé !

Non, les cheminots ne sont pas des privilégiés. Non, ils ne touchent pas de Prime de Charbon (disparue en 1972). Oui, les roulants font parfois pire que les 3/8… et souvent, ne dorment pas chez eux après le travail…

Au delà de leur statut, au delà de la sauvegarde de l’outil SNCF, les cheminots font grève pour défendre le patrimoine de ceux qui n’en ont pas : Nos services publics : Hôpital, école, justice, voirie…

Quelques riches souhaitent faire du fric avec la privatisation de la SNCF. Mais le plus important pour le capital, c’est surtout d’en finir avec les cheminots : Décapiter ce dernier gros bastion ouvrier de France qui a osé lutter pour ses droits : Mauvais exemple pour les autres salariés, esclavagisés. Les cheminots sont notre dernier rempart contre la destruction de ce qui reste de nos conquis sociaux.

Soutenir les cheminots, c’est résister à la casse de la Retraite. Sécu. CAF… Services publics…

Caisse de soutien Sud-Rail : Ici.

Complément : Avec Cédric – prof dHistoire-Géo – : « Il parait que les petites lignes de chemin de fer coûtent trop cher » : Article du Monde Diplo.

A (ré)-écouter : Notre émission « Quand l’Etat français sabote le train ».

Lire

Bernard Friot – Lutter commence par la maîtrise du récit de notre Histoire Populaire

Publié le 23 avril 2018

On ne peut pas savoir où l’on est, ni où l’on va… si l’on ne sait pas d’où l’on vient… Petite Histoire de « la Sécu » avec le sociologue Bernard Friot.

Qu’ils se prétendent « de gauche », ou qu’ils s’assument de droite, les gouvernements qui se succèdent au service du capital détruisent nos conquêtes sociales : – Retraites. Services publics : Trains, universités, hôpitaux… et bientôt : La Sécu ! … A quand la fin du remboursement du toubib et des médocs ?

Conquis sociaux sabotés, privatisés, livrés au marché, pour que quelques riches se fassent du fric… au détriment de tous.

Des propagandes historiques nous racontent que la Sécurité Sociale aurait été créée en 1945, sous De Gaulle : Faux : Le Régime Général de la Sécurité Sociale est construit en 1946 par le courageux ministre communiste Ambroise Croizat… à qui l’on doit aussi le système des retraites.

A écouter aussi  :  Conversation avec Franck Lepage : Education Populaire : Fabriquer du temps de cerveau disponible pour la Révolution.

Lire