1936 – Fragile Front Populaire dans l’ombre des dictatures fascistes

Publié le 3 mai 2016

1936-GrèveEn avril 1936, la fragile coalition de Front Populaire se présente aux élections avec un programme presque vide. Si ce n’est la dissolution des ligues fascistes.

Ce sont les grèves populaires et spontanées de mai et juin 36, qui permettent aux travailleurs de conquérir la semaine de 40 heures, les congés payés, les conventions collectives… Pas les les leaders du Front Pop, qui suivront le peuple.

Ce que les travailleurs ont obtenu, ils l’ont conquis par eux-mêmes, dans une lutte qui a pris de court partis et syndicats, débordés par leurs bases.

Mais déjà méchants en temps « normal », les riches deviennent féroces quand ils ont peur. Comme on le verra très vite…

A écouter : Le choix de la défaite – Plutôt Hitler que le Front Populaire, ou la revanche du capital sur l’immense espoir des pauvres.

Lire

3 thoughts on “1936 – Fragile Front Populaire dans l’ombre des dictatures fascistes”

  1. Aussi convenu et téléphoné que cela puisse sembler par les temps qui courent, la citation de Louise Michel est toujours aussi actuelle : Le peuple n’obtient que ce qu’il prend. Et il est vain d’attendre quelques leaders charismatiques pour mener le peuple forcément idiot et démuni vers la liberté, cela reste de la dépendance et de l’élitisme.

  2. « Plutôt Hitler que le front populaire » : je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations sur cette une du journal l’action française. Je me demandais d’où vous venait cette information ?

    Réponse du producteur de l’émission : Erreur de ma part. Effectivement, j’ai toujours cru savoir que ce slogan avait fait la une de « l’Action Française » d’avant-guerre. Il me semblait en avoir une reproduction. Or, je n’en retrouve pas trace.
    En attendant, « Pan sur le bec » comme on dit au Canard Enchainé, j’ai bien peur d’avoir dit là une chose inexacte… dans le détail, mais pas sur le fond.
    Les copains profs d’Histoire de l’émission me disent que « Plutôt Hitler que le Front Populaire » est une formule de la gauche de l’époque qui résumait la position de la droite d’alors.
    Cela dit, en 1936, l’Action Française ne tarissait pas d’éloges à propos d’Hitler et de son régime où syndicalistes, communistes et autres gens de gauche étaient réduits à néant. Et si ce slogan n’a pas fait la une de l’Action Française, il résume bien la ligne éditoriale de ce torchon, qui trainait dans la boue « le juif Blum », et faisait l’éloge d’Hitler. Dès la défaite de 40, l’Action Française ne s’est d’ailleurs pas privée de se féliciter de l’invasion nazie…

  3. Merci pour ces éclaircissements, c’est le genre de petite phrase qui se retient bien et que j’aurais moi même pu répéter. Mais je vous suis sur l’analyse de fond, la une de l’action française relevant du détail.
    En tout cas merci pour votre travail, j’ai découvert le site il y a quelques mois et l’émission m’accompagne chez moi, en voiture, c’est très édifiant !

    Réponse de Jibédé, producteur de l’émission : Bonjour Lucas.

    A nouveau merci pour ton légitime questionnement à propos de ce slogan « Plutôt Hitler que le Front Populaire ».
    J’ai enlevé cette phrase de l’émission. Et cet épisode me fait depuis bien cogiter…

    Cette affaire a en effet été pour moi une nouvelle occasion de constater qu’il m’arrive hélas d’énoncer des choses inexactes, pour ne pas dire des bêtises. En ce cas, j’ai été stupéfait de constater que je croyais dur comme fer à ce que je croyais être un fait : J’étais même persuadé d’avoir déjà eu en main une copie de une de l’Action Française affichant ce slogan. Moi qui ai la grande prétention de vouloir proposer une Histoire faite la plus honnêtement possible, j’en suis pour mes frais, et cela me renvoie à plus d’humilité et de prudence, car après tout, je me suis chargé d’une responsabilité que seul, je n’ai évidemment pas les moyens de porter.

    Je ne suis pas historien, et encore moins détenteur de toutes les vérités…. Je ne suis qu’un simple citoyen devenu animateur radio après avoir arrêté l’étude de l’Histoire entre le BAC et la Licence. Avec mes tout petits moyens, je ne cherche qu’à tenter éclaircir des propagandes qu’on nous vend comme de l’Histoire. Propagandes d’hier qui servent les propagandes d’aujourd’hui.

    Pour m’assister, et m’aider à éclairer ma grande inculture, j’ai constitué ce pôle de quatre amis professeurs d’Histoire-Géographie avec lesquels nous animons l’émission, et à l’occasion, je me tourne aussi vers des journalistes ou intervenants du Monde Diplomatique, ou d’autres professeurs d’université. Je suis bien conscient qu’être prof ou journaliste du Diplo n’est pas une garantie absolue : il y a des tas de profs qui racontent des âneries… mais en tant que simple citoyen, avec ses très petits moyens, c’est ce que je peux proposer de mieux. Cela dit, mes profs de l’émission sont très bons, je le crois. Et quand une bêtise est dite dans l’émission, ce n’est pas les profs qui la disent, mais moi… à mon grand dam…

    Avec ce slogan « Plutôt Hitler que le Front Populaire », on est ici à nouveau confrontés au problème « Histoire et Mémoire ». On nous bassine avec le « devoir de mémoire », alors que l’on devrait préférer le « devoir d’Histoire ». Mon expérience démontre à nouveau que la mémoire – à commencer par la mienne – est fluctuante, émotionnelle, partiale… quand l’Histoire est une science humaine qui se fait avec des sources que l’on croise entre elles. Or, bien que prônant ce discours, je me rends à nouveau compte que je suis – comme tout le monde – un être aussi pétri d’irrationnel et de croyances… comme tu as su le soulever.

    Cela dit, des bêtises, des choses inexactes, et de la propagande, il y en a plein nos manuels d’Histoire et nos médias dominants…
    On sait bien que ce sont les vainqueurs des guerres qui écrivent l’Histoire officielle… Et de l’école jusqu’au JT, nous sommes quotidiennement ensevelis sous des tonnes de mensonges ou de vérités biaisées… En ce moment, je constate par exemple plusieurs phénomènes, comme la vieille haine anti-russe, (qu’ils soient soviétiques ou pas). Le régime de Poutine ne m’est évidemment pas sympathique du tout, mais enfin, pourquoi celui-ci serait-il plus terrible que les autres régimes douteux que la France soutient et a soutenu sur tous les continents ? Un autre exemple : l’actuel entreprise de salissure de l’Histoire de la Résistance française, dont le but est je crois, de saper et détruire les conquêtes sociales issues de la Résistance et du Programme du CNR : Retraites, Sécu, etc… Une fois que le doute est jeté sur le combat des Résistants FTP, il est plus aisé d’attaquer la Sécu, comme Macron le fait aujourd’hui.

    Le sérieux de notre travail repose aussi sur la vigilance d’auditeurs tels que toi, qui, à l’occasion, me signalent des choses inexactes, ou des raccourcis énoncés dans l’émission.
    Donc encore merci à toi d’avoir un truc qui marche entre tes oreilles… et de nous en faire part.
    Je compte sur ton attention et ta critique.

    Bien amicalement,

    Jibédé, producteur de l’émission.

Leave a Reply