Histoire des conquis sociaux – Part 1 – 1789-1936

Publié le 25 avril 2013

Conquis1
Et si au lieu d’acquis sociaux on parlait de conquis sociaux ?

– Entretien réalisé en 2003 avec notre maitre et ami Pierre Royer, professeur d’Histoire-Géographie.

– 1ère partie : De 1789 à 1936.

Lire

4 thoughts on “Histoire des conquis sociaux – Part 1 – 1789-1936”

  1. Sur cette 1ère partie, je trouve que la dominante marxiste du discours glisse un peu sur la puissance du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarcho-syndicalisme du début du XXème siècle et de l’influence de la pensée de Proudhon sur le prolétariat français jusqu »en 1870.

  2. Salut les Polémix!

    J’ai écouté , il ne vous reste plus qu’à prendre ta carte au parti.
    C’est le moment il en reste une dizaine à tout casser.

    Sinon instructif mais je m’attendais à un truc qui déconne un peu, surpris le Pascal.

  3. Yo Pascal !
    Prendre notre carte au parti… d’en rire ?

    Bein oui, des fois on fait sérieux…
    ça fait du bien de prendre un peu de recul de temps à autres…
    Mais c’est pas souvent !

  4. Bonjour,

    Juste pour signaler que depuis 2010 nous avons lancé dans notre journal une rubrique intitulé Wikiluttes qui cherche à établir comment s’est effectuée chacune de nos conquêtes sociales.

    Nous avons ainsi pu notamment traiter du congé maternité (http://www.fakirpresse.info/Le-conge-maternite-accouche-dans,312.html), du droit de s’asseoir pour les employé(e)s des magasins (http://www.fakirpresse.info/La-loi-des-chaises-583.html), des congés payés (http://www.fakirpresse.info/Le-miracle-des-conges-payes.html), des inspecteurs du travail (http://www.fakirpresse.info/L-inspection-du-travail-plus,523.html) etc etc.

    Je tiens à faire quelques remarques: même si les mouvements marxistes, de gauche et d’extrême gauche ont contribué à ces acquis sociaux il faut bien voir aussi les limites. 2 exemples; en 1910 pour l’instauration des Retraites Ouvrières et Paysannes, Jaurès est pour mais Guesde et la CGT sont complètement opposés à ce système qui met en place des prélèvements obligatoires sur les salaires ouvriers.
    De même pour les Assurances Sociales de 1930, la CGT sera pour ainsi que la SFIO mais le PC et la CGTU vont être fermement opposés à elles. Ils mèneront notamment de violentes campagnes de presse… pour ensuite être les premiers à défendre les Assurances sociales en 1933!

    Par ailleurs il convient de saluer le travail qui a pu être effectué par les catholiques sociaux, parfois à droite (tel Albert de Mun).

    Enfin, « l’étranger » a parfois joué un rôle salutaire. La France s’est souvent retrouvé en retard en matière d’acquis sociaux par rapport à ces voisins. Et il a fallu parfois prendre exemple sur eux.

    Cordialement,
    Antoine Dumini.

Leave a Reply