Histoire des droites françaises – 6/7 – 1944-1968 – Le putsch de De Gaulle de 58

Publié le 1 juin 2013

– 6ème épisode : 1944 à 1968 :  De la Libération à Mai 68.

– 1958 – La droite organise un coup d’état militaire qui mène De Gaulle  au pouvoir.

Création de la 5ème République, régime de Président-monarque…

Lire

6 thoughts on “Histoire des droites françaises – 6/7 – 1944-1968 – Le putsch de De Gaulle de 58”

  1. Très intéressant encore une fois. Merci pour ce rappel historique.

    A quand un Polemix et la Voix Off sur notre dépendance aux énergies fossiles, sur ses conséquences présentes et futurs en évoquant la probabilité d’un effondrement des éco-systèmes qui nous supportent provoquant une chute démographique inédite, avec comme invités, par exemple, Jean Marc Jancovici, Piero San Giorgio, Pierre Rabhi, Benoit Thevard, Mathieu Auzanneau, et j’en passe 🙂

    J’en rêve 🙂

  2. Salut Jb, dd et tous mes héros radiophoniquobetones .que n’esperais je pour mes filles des cours d’histoire d’une aussi grande qualite. Je fais un gros ratrapage de culture g avec cette serie sur les droites francaises. Merci encore Et ne lachez rien, wallou, keutchi, nada.

  3. Eh,
    n’y avait-il pas eu d’élections démocratiques présidentielles française en 1958?
    Qui fut la première élection présidentielle qui s’est tenue en France après l’adoption de la constitution de 1958 qui institue la Cinquième République et la seule qui ne se soit pas déroulée au suffrage universel direct.

    Ne fut-elle pas tenue le 21 décembre 1958?
    « Conformément au texte initial de la constitution, le président fut élu par un collège électoral d’environ 80 000 grands électeurs composé des parlementaires, des conseillers généraux et de représentants des conseils municipaux. Elle vit l’élection au premier tour de Charles de Gaulle au poste de président de la République. »

    vous demande Charles Destrée
    (1926) comme ancien résistant combattant et historien.

    — Réponse du producteur de l’émission —

    Bonjour.

    Tout à fait flattés et honorés de l’intérêt que Monsieur Destrée porte à notre émission.

    Cette réponse lapidaire commencera par l’expression de notre admiration, de notre respect et de notre affection pour ces Résistants qui ont mis en jeu leur vie pour que nous puissions librement vivre la nôtre. Merci à vous Monsieur.

    Bien entendu que le coup d’Etat de 58 dont De Gaulle a profité a été validé par une élection. Mais dans quelles conditions ? Sous menace d’un coup d’Etat militaire ? Avec une presse muselée. Et un mode de scrutin qui amplifie de manière disproportionnée le score des Gaullistes et minimise l’importance des communistes.

    Le fait est que cette prise de pouvoir est née dans un complot militaire : « L’opération résurrection » : Avec des parachutistes largués sur la Corse. Et avec, en métropole, les forces de police et de gendarmerie prêtes à donner la main aux putschistes : il n’y a pas eu besoin de tirer un seul coup de feu : devant le danger de coup, les députés ont baissé leur culotte…

    Malgré tous les égard dûs à notre interlocuteur, Monsieur Desirée, je ne peux m’empêcher de dresser un parallèle – certes scabreux – où 18 ans avant 1958, l’on vit aussi d’autres députés remettre – apparemment en toute légalité (?) – les pleins pouvoirs à un autre militaire…

    Passé cette remarque tout à fait insolente, sachez que personnellement je conserverai toujours estime, respect et affection au De Gaulle de juin 40. C’est le De Gaulle de 58 qui me pose problème.

    Bien amicalement,

    Jean-Baptiste Diaz (Jibédé) – Producteur de l’émission.

Leave a Reply