Elites françaises 1940-1944 – Episode 1 – Collabos pendant et avant l’occupation

Publié le 14 décembre 2017

Nouvelle rencontre avec Annie Lacroix-Riz, – Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII – autour de son ouvrage « Les élites françaises entre 1940 et 1944 » – (Armand Colin).

Retour sur les origines de la collaboration qui commence bien avant « l’étrange défaite » de la France de 1940. Choix de la défaite : fruit de complots et trahisonsPlutôt Hitler que le Front Populaire. Or, dès l’été 1941, « les élites » comprennent que leur protecteurs nazis vont perdre la guerre… Dès 1941, redoutant une URSS victorieuse, l’oligarchie choisit le maître américain. Tout en faisant de juteuses affaires avec les nazis… tant qu’ils sont là…

Lire

3 thoughts on “Elites françaises 1940-1944 – Episode 1 – Collabos pendant et avant l’occupation”

  1. Bonjour Jean-Baptiste.C’est avec un réel plaisir que je retrouve « notre chère historienne bolchévique » sur deux émissions.C’est un véritable cadeau de Noël que tu nous fais.Je viens de commencer la lecture des élites françaises et je suis tout à fait d’accord avec toi,si le choix de la défaite qui est l’oeuvre majeure d’Annie Lacroix-Riz a été pour moi très ardu à lire,son dernier opus est beaucoup plus facile d’accès et passionnant.
    Merci à toi,avec toutes mes amités.
    Robert
    Paris 20ème

  2. Ça, c’est de l’histoire ! Grâce à cette dame, je me suis mis à lire Marx pour mieux comprendre notre époque. Ses autres conférences sont aussi passionnantes et criantes de vérité quant aux temps présents. Merci, Polemix & La Voix Off !

  3. Bonjour Jibédé,

    On retrouve la citation « plutôt hitler que le front populaire », cette fois-ci dans la bouche d’un patron français dans ton introduction au début de l’émission.

    Autrement je me demandais d’où venait l’extrait audio concernant la franc maçonnerie pendant la chanson de Didier Super ?

    Merci à toi

    Bien amicalement,

    Alexandre

    Réponse du producteur de l’émission : Hello Alexandre.Ravi de te relire.
    Je pense que je vais refaire une émission pour reparler de ce slogan et de sa passionnante histoire.

    Ainsi qu’on me l’a expliqué, – et ainsi que que je te l’écrivais récemment -, ce slogan est une création de la gauche de 1936.
    Slogan qui synthétise clairement la pensée des patrons et de certaines droites de l’époque.
    A défaut d’être un cri de guerre officiel des capitalistes français de 1936, terrifiés par le Front Populaire,
    « Plutôt Hitler… » est indubitablement un bon résumé de ce qu’industriels et banquiers de l’époque pensaient, écrivaient et souhaitaient.

    Ce slogan est notamment une bonne synthèse de ce qu’on pouvait lire dans l’Action Française, jusqu’en 1944.
    Si L’Action Française n’a pas imprimé ce slogan à sa une, (comme je le croyais), ce journal ne se privait pas d’attribuer tous les malheurs de la France au juif Blum,
    et ne se privait pas de trouver toutes les qualités au régime d’Hitler… souhaitant ardemment qu’un tel régime s’installe en France.

    Evidemment, les capitalistes français ont tout fait pour que cela advienne…
    C’est ainsi qu’a eu lieu ce que l’historien Marc Bloch a nommé « L’étrange défaite » de 1940,
    c’est à dire une trahison d’une partie de l’état major militaire français qui ne tenait pas à ce que les nazis échouent dans leur conquête de la France.
    Comme tu le sais, nos industriels ont tiré de grands profits de cette occupation… en particulier les ciments Lafarge, qui ont vendu le béton du mur de l’Atlantique,
    et qu’on a très récemment pincés à en vendre à Daesh…

    La très vilaine, car très communiste, historienne Annie Lacroix-Riz a très bien démontré cela en croisant les archives… Hé oui : Les complots, ça existe, et l’Histoire en est remplie…

    Le document sonore rigolo sur les francs-maçons est tiré d’un film de la propagande de Vichy, à l’époque présenté au cinéma comme des actualités…

    Bien amicalement,

    Jibédé.

Leave a Reply